A l’occasion du « Mobility Day, tenu ce mercredi 9 mai au complexe administratif et culturel des Habous de Casablanca, le secrétariat général du ministère de l’ Intérieur, le conseil communal et le conseil régional ont proposé des solutions à la problématique de la mobilité dans la région Casa-Settat.

Le « Mobility Day », un événement organisé par Casa Transport, a réuni ce mercredi 9 mai le Wali et secrétaire général du ministère de l’Intérieur Mohamed Faouzi, le président du conseil communal de Casablanca Abdelaaziz Omari et Mustapha Bakkoury, président du conseil de la région Casa-Settat au Complexe administratif et culturel des Habous de Casablanca. Objectif de la rencontre: proposer à l’audience des solutions effectives quant à l’organisation de la demande en matière de transport, le stationnement et les enjeux environnementaux.

Le « Mobility Day », un événement organisé par Casa Transport, a réuni ce mercredi 9 mai le Wali et secrétaire général du ministère de l’Intérieur Mohamed Faouzi, le président du conseil communal de Casablanca Abdelaaziz Omari et Mustapha Bakkoury, président du conseil de la région Casa-Settat au Complexe administratif et culturel des Habous de Casablanca. Objectif de la rencontre: proposer à l’audience des solutions effectives quant à l’organisation de la demande en matière de transport, le stationnement et les enjeux environnementaux.

Vidéo: L’intégralité de la séance inaugurale

https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FMedias24%2Fvideos%2F1745847175509063%2F&show_text=0&width=560

Tout en saluant les plans de développement déployés pour remédier à la problématique de la mobilité (Tramway/BHNS éventuellement) lors de son intervention, Mohamed Faouzi a appelé instamment à passer à l’action et au suivi pour réaliser les objectifs escomptés.

Soulignant le caractère capital de la mobilité, Mustapha Bakkoury a affirmé que « l’eau et la mobilité sont les sujets les plus prioritaires d’aujourd’hui (…) et que le renforcement de la mobilité est un facteur clé de l’amélioration de la productivité ».

Se joignant à Mohamed Faouzi, le président du conseil de la région Casa-Settat regrette la lenteur de l’activation des plans de développement. « On aurait pu gagner beaucoup plus de temps concernant les délais de livraison de la ligne de Tram, 1 an ou 1 an et demi probablement », a-t-il soutenu.

Bakkoury a également insisté sur la démocratisation des solutions de transport, étant donné que « le plus grand taux démographique est enregistré dans les zones périphériques: Mediouna, Mohammedia… ».

Pour Abdelaaziz Omari, la solution réside dans l’implication de toutes les parties prenantes. Lors de son intervention, le président du conseil communal a soulevé 3 problématiques majeures: la densité de l’activité professionnelle au centre-ville, la durabilité des plans d’amélioration de la mobilité (en termes de financement) et les droits des piétons.

Des pistes de solutions

Abdelaaziz Omari a suggéré quelques solutions et recommandations quant aux dysfonctionnements de la mobilité. « Le nombre de voitures en ville est hallucinant, peut-être que le citoyen devrait faire le choix de prendre le transport en commun ». Privilégier le transport collectif devrait, selon lui, non pas être un acte provisoire mais émaner d’un esprit citoyen.

Sur la question du stationnement, l’ancien secrétaire régional du PJD a recommandé la construction de parkings souterrains. Un axe d’amélioration majeur de la mobilité, selon lui. « Là où il est possible de construire des parkings souterrains, il faut le faire », a-t-il soutenu.

Pour conclure, le président du conseil communal a proposé de mettre en place un plan de déplacement effectif et des plans d’accommodation, et d’avoir recours à une gestion intelligente de la circulation en ville.

Une étude de Casa Smart Moov pour remédier au dysfonctionnement du transport

Lors de ce « Mobility Day », Hatim Benjelloun, le fondateur du think tank Radius a présenté un « Reflection and Discussion Paper », un document synthétisant les perceptions de toutes les parties prenantes consultées pour répondre à la problématique de la mobilité.

L’étude réalisée est purement qualitative et a impliqué plus de 70 organismes. Plus de 40 décideurs ont été interviewés pendant 32 heures pour enfin conclure qu’ »afin de réinventer la mobilité à Casablanca, il faudrait prendre compte des ruptures technologiques, institutionnelles et celles liées à l’usage ».

Hatim Benjelloun affirme que les ruptures citées suscitent un renforcement simultané de 6 chantiers majeurs: le transport, les équipements/infrastructures, la gouvernance, le financement, le numérique et la communication.

Des ateliers pour traiter les différentes thématiques de la rencontre

Atelier 1: La mobilité urbaine traitée sous l’angle de la demande, quelles marges de manœuvre ?

Mohamed Bourahim, vice-président de la commune de Casablanca en charge de la mobilité urbaine affirme que pour agir sur la demande de manière effective, il faudrait cibler les quartiers générateurs de mobilité. « Derb Omar compte 2.050 commerçants et génère plus de 7.000 emplois et 700 camions de transport de marchandises ». Comment ne pas considérer l’impact de ce genre de quartier sur la mobilité en ville? Et comment penser une alternative?

Atelier 2: Le stationnement, un levier de décongestion incontournable.

Plusieurs modèles étrangers concernant le stationnement ont été étalés. Ces modèles constituent des ouvertures éventuelles sur des axes d’amélioration du stationnement en ville.

Le mot de conclusion a été attribué à Mohamed Faouzi, qui a rappelé l’aspect environnemental du sujet, en mentionnant que les maladies professionnelles dues à la pollution ne devraient pas passer inaperçues. « Il faut penser des transports mobiles…mais également propres », a-t-il affirmé.

medias24.com

Sous l’égide de Casa Transport, le think tank Radius donne naissance à une plateforme de réflexion autour de la mobilité urbaine. «Cette plateforme, dénommée Casa Smart Moov (CSM), est vouée à devenir un véritable véhicule de réflexion et de sensibilisation à l’adresse des parties prenantes concernées», indique-t-on.
CSM a également pour vocation de mieux comprendre et décrypter la vision de l’ensemble des décideurs, publics et privés, autour de ce sujet majeur. En cela, CSM lance une première consultation, ce mardi 3 octobre, afin de cerner la perception des parties prenantes sur le secteur de la mobilité urbaine (transports publics, infrastructures, financement, gouvernance, etc.), mais surtout d’identifier leurs attentes. La finalité est de proposer un cadre de convergence des idées et des recommandations de chaque acteur.

laquotidienne.ma

Sous l’égide de Casa Transport, Radius, premier Think Thank privé au Maroc, donne naissance à une plateforme de réflexion inédite autour d’un sujet complexe et stratégique pour le royaume, et plus spécifiquement pour notre Métropole, Casablanca : la mobilité urbaine.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


Cette plateforme innovante, nommée « Casa Smart Moov » (CSM), est vouée à devenir un véritable véhicule de réflexion et de sensibilisation à l’adresse des parties prenantes concernées. CSM a également pour vocation de mieux comprendre et décrypter la vision de l’ensemble des décideurs, publics et privés, autour de ce sujet majeur. A travers une démarche participative basée sur l’écoute et l’échange, CSM lance une première consultation, le mardi 3 octobre 2017, afin de cerner la perception des parties prenantes sur le secteur de la mobilité urbaine (transports publics, infrastructures, financement, gouvernance, etc.), mais surtout d’identifier leurs attentes. La finalité est de proposer un cadre de convergence des idées et des recommandations de chaque acteur.
Cette première étude sur la mobilité urbaine dans la ville de Casablanca ciblera 4 problématiques clés :
Etat des lieux, enjeux et défis de la mobilité urbaine dans la Métropole
Infrastructures et modes de transport urbain
Cadre de gouvernance et indicateurs de performance
Mécanismes et/ou outils innovants de financement
Le projet Casa Smart Moov se déclinera en 3 phases :
Une étude de perception à travers le lancement d’une consultation publique
Un séminaire stratégique pour débattre sur les résultats de l’étude et proposer une feuille de route
Un Réflexion & Discussion Paper qui sera le support clé d’analyse, de réflexions et de sensibilisation.

innovantmagazine.ma

A l’occasion de la « Journée de la Mobilité », tenue ce mercredi 9 mai au complexe administratif et culturel des Habous de Casablanca, le Secrétariat Général du Ministère de l’Intérieur, le conseil communal et le conseil régional ont proposé des solutions le problème de la mobilité dans la région de Casa-Settat

La journée de la mobilité organisée par Casa Transport a réuni mercredi 9 mai le wali et le secrétaire général du ministère de l’Intérieur, Mohamed Faouzi, président du conseil communal de Casablanca Abdelaaziz Omari et Mustapha Bakkoury, président du conseil de la région Casa-Settat au Complexe administratif et culturel des Habous de Casablanca Objectif de la réunion: proposer au public des solutions efficaces quant à l’organisation de la demande en transport, les problèmes de stationnement et d’environnement.

Vidéo: La session plénière inaugurale

https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FMedias24%2Fvideos%2F1745847175509063%2F&show_text=0&width=560

Tout en saluant les plans de développement déployés pour aborder la question de la mobilité (éventuellement Tram / BHLS) lors de son discours, Mohamed Faouzi a appelé à l’action et au suivi pour atteindre les objectifs attendus.

Soulignant le caractère crucial de la mobilité, Mustapha Bakkoury a déclaré que «l’eau et la mobilité sont les priorités absolues d’aujourd’hui (…) et qu’une mobilité accrue est un facteur clé de l’amélioration de la productivité». [19659005JoiningMohamedFaouzithepresidentofthecounciloftheregionCasa-Settatregretstheslownessoftheactivationofthedevelopmentplans«Wecouldhavesavedalotmoretimeregardingthedeliverytimesofthetramlineprobablyayearorayearandahalf»hesaid

Bakkoury a également insisté sur la démocratisation des transports, étant donné que « le plus grand taux démographique est enregistré dans les régions périphériques: Médiouna, Mohammedia … »

Pour Omari, Abdelaaziz les mensonges de solution dans la participation de toutes les parties prenantes. Lors de son intervention, le président du conseil municipal a soulevé trois questions majeures: la densité de l’activité professionnelle dans le centre-ville, la durabilité des plans d’amélioration de la mobilité (en termes de financement) et les droits des piétons.

Avenues of Solutions

Abdelaaziz Omari a suggéré quelques solutions et recommandations concernant les dysfonctionnements de la mobilité. « Le nombre de voitures dans la ville est incroyable, peut-être que le citoyen devrait faire le choix de prendre le transport en commun. » Privilégier les transports publics ne devrait pas, selon lui, être un acte temporaire mais émaner d’un esprit citoyen.

Sur la question du stationnement, l’ancien secrétaire régional du PJD a recommandé la construction de parkings souterrains. Un axe d’amélioration majeure de la mobilité, selon lui. « Là où il est possible de construire des parkings souterrains, cela doit être fait », a-t-il dit.

En conclusion, le président du conseil communal a proposé de mettre en place un plan de déplacement et des plans d’hébergement efficaces, et de recourir à une gestion intelligente du trafic urbain.

Une étude de Casa Smart Moov pour remédier au dysfonctionnement du transport

Lors de cette « Journée de la mobilité », Hatim Benjelloun, le fondateur du think tank Radius a présenté un « Document de réflexion et de réflexion », document résumer les perceptions de toutes les parties prenantes consultées pour répondre à la question de la mobilité.

L’étude était purement qualitative et impliquait plus de 70 organisations. Plus de 40 décideurs ont été interrogés pendant 32 heures pour finalement conclure que «pour réinventer la mobilité à Casablanca, il faut prendre en compte les ruptures technologiques, institutionnelles et liées à l’usage».

Hatim Benjelloun précise que les pauses citées donnent lieu à un renforcement simultané de six grands projets: transports, équipements / infrastructures, gouvernance, financement, numérique et communication.

Ateliers pour traiter les différents thèmes de la réunion

Atelier 1: La mobilité urbaine traitée sous l’angle de la demande, quelle marge de manœuvre?

Mohamed Bourahim, vice-président de la commune de Casablanca en charge de la mobilité urbaine, affirme que pour agir efficacement sur demande, nous devons cibler les quartiers générateurs de mobilité. « Derb Omar compte 2 050 commerçants et génère plus de 7 000 emplois et 700 camions de marchandises ». Comment ne pas considérer l’impact de ce type de quartier sur la mobilité dans la ville? Et comment penser à une alternative?

Atelier 2: Le stationnement, un levier de décongestion essentiel

Différents modèles étrangers de stationnement ont été diffusés. Ces modèles sont des ouvertures potentielles sur les routes pour améliorer le stationnement dans la ville.

Le mot de conclusion a été attribué à Mohamed Faouzi, qui a rappelé l’aspect environnemental du sujet, mentionnant que les maladies professionnelles dues à la pollution ne devaient pas passer inaperçues. « Nous devons penser au transport mobile … mais aussi à la propreté », a-t-il déclaré.

newsbeezer.com